Article dans le journal "Freiburger Nachrichten" sur la série "couleurs vertes"

26.08.2022

Article du 19 août 2022 dans le journal "Freiburger Nachrichten" sur la série "couleurs vertes"

Si l'on parle de "couleur verte" à un fabricant de peinture, il pense tout de suite à une couleur écologique. Pas à la couleur verte. Et pour cause : les peintures d'intérieur écologiques sont en plein boom depuis quelque temps.

"Pour moi, la peinture verte est en premier lieu une peinture particulièrement écologique ou respectueuse de l'environnement", dit Hans Fillistorf en riant. Il est assis dans son bureau au siège de la célèbre entreprise familiale, à Stersmühle, à Tentlingen. Lui et son frère Kurt dirigent l'entreprise de peinture Fillistorf depuis deux générations. Son père a fondé l'entreprise en 1975.

Si ce professionnel de la peinture pense de plus en plus à la peinture écologique, c'est pour de bonnes raisons. "La demande augmente de plus en plus depuis quelque temps - les gens veulent savoir ce qu'ils peignent sur leurs murs et à quel point les substances sont écologiques". Mais ce ne sont pas seulement les particuliers qui misent de plus en plus sur la peinture "verte", mais aussi et surtout les professionnels. Selon les données d'"Eco Swiss", dans le secteur professionnel, les peintures portant une étiquette environnementale représentent une part de marché d'environ 90 pour cent.

Hans Fillistorf et son équipe vendent également des peintures avec de telles étiquettes environnementales. Mais elles sont toutes achetées. La PME ne peut pas les fabriquer elle-même. "Je dis toujours aux gens que notre peinture est à base d'eau de la Gérine - on pourrait presque la manger. Mais nous n'avons pas de certificat pour cela". Pour son entreprise, il est trop coûteux de produire de telles peintures certifiées écologiques. "Tout se spécialise de plus en plus - il est donc difficile pour nous de couvrir tous les différents domaines de manière compétente". Il recommande toutefois à ses clients de toujours miser sur des peintures à base d'eau. La demande de peinture à base de solvants pour l'intérieur a fortement diminué. Même si son entreprise ne fabrique pas elle-même ces peintures certifiées, il se félicite de cette évolution. "Il s'est passé beaucoup de choses ces dernières années", souligne Hans Fillistorf. Il le constate surtout lorsque des clients viennent le voir avec un reste de vieille peinture. "La peinture a 20 ou 30 ans et peut encore être peinte - c'est inimaginable aujourd'hui. Comme la peinture contient moins de substances nocives, elle se conserve aussi moins longtemps".

L'entreprise réalise environ 20 pour cent de son chiffre d'affaires avec des peintures fabriquées à Tentlingen. Il s'agit principalement de peintures pour murs et plafonds qui sont fabriquées à base d'eau. Un liant est ajouté à l'eau. Celui-ci est basé sur une matière plastique. Les matières solides forment soit de la poudre de pierre, de la chaux ou du suif. Outre différents additifs, des pigments sont également ajoutés selon la couleur.

Contrairement à la peinture écologique, Hans Fillistorf ne vend plus que rarement de la peinture verte. "Autrefois, on voyait souvent ce vert sapin foncé. Les clôtures de jardin ou les volets étaient souvent peints en vert foncé". Aujourd'hui, les clients préféreraient plutôt des tons de vert plus clairs et plus frais.

L'entreprise de peinture compte parmi ses clients des peintres en bâtiment, des artistes et des entreprises industrielles. Selon l'emplacement, des particuliers se rendent également chez Fillistorf. Avec ce segment de clientèle, l'entreprise singinoise a connu de fortes fluctuations au cours des deux dernières années. "Nous avons remarqué que les gens étaient souvent chez eux pendant la période de Corona, et certains en ont profité pour réaménager ou rénover leur appartement", raconte le professionnel de la peinture. En conséquence, la demande de peintures pour murs et plafonds a fortement augmenté pendant cette période. "Par moments, nous avions du mal à croire nos chiffres et nous avions beaucoup plus de clients privés qu'en temps normal", se souvient Hans Fillistorf. Cette tendance a toutefois pris fin de manière relativement abrupte. "Ce n'était pas un développement durable - entre-temps, c'est à nouveau le prix qui décide en premier lieu, pas le conseil", dit Hans Fillistorf, sans paraître amer ou déçu. Il sourit. "C'est justement le business - nous ne sommes pas les seuls dans ce cas".